Tag Archives: visite

Caroline, pas de côté

25 Mar

caroline-2 (Copier)Comme beaucoup de détourés, Caroline a un jour décidé de quitter le confort étriqué du salariat à temps complet. Envie d’ailleurs tout en restant ici, désirs de décision et d’action en lieu et place du ronron du cinéma où elle opte pour le temps partiel.

En souvenir de ses premières amours pour la langue de Goethe et de son année de l’autre côté du Rhin, direction l’Anjou et le Saumurois pour y devenir guide-conférencière. Mais pas question de tomber dans un nouveau piège : celui des princes Renaissance et autres châteaux ligériens où la morte saison porte si bien son nom, et où les visites qui défilent à longueur de journée voient les explications tourner en boucle au fil des salles et musées.

Un pied au ciné, l’autre dans les rues de la cité : Caroline crée ses visites à coups d’écrivains et autres personnalités ayant posé le pied sur les pavés de Tours et d’Amboise.

Se transformant pour l’occasion en paléontologue des mots tourangeaux au milieu de kilomètres de pages pour trouver celles où petits et grands écrivains évoquent la Touraine, l’archéologue du verbe local débusque au fil des rayonnages romans, poèmes et récits de voyage dont elle émaille ses tours littéraires. De Balzac à Ménie Grégoire en passant par Véronique Verger et bien d’autres artisans de la page blanche, la ville revit ainsi ses plus grandes heures de fiction, pour le plus grand plaisir des visiteurs ayant débusqué Caroline et ses promenades. Il faut dire que la curieuse attire les curieux, et les parcours se croisent pour déboucher parfois sur de nouveaux projets. Les balades littéraires quittent ainsi la ville pour gagner les vignes du côté de Chançay !

Si ce n’est pas la corne d’abondance, c’est tout de même l’aventure, et le succès : les baladins repartent heureux, et Caroline aussi. Actrice de son projet, le pas de côté qu’elle a fait, sans être un bond dans le vide sans filet, lui assure en effet de belles heures de découvertes et des rencontres en cascades… Une façon de voir la ville et la vie autrement.

 

caroline (Copier)

Derrière le cadre de Détourages : Caroline, alias Promenadine dont vous pouvez retrouver les visites guidées à Tours, Amboise et dans les vignes de Chançay sur http://promenadine.jimdo.com. Veillez à réserver pour toute visite guidée !

Pascale, tours méconnus

13 Juin

DSC_0423Saviez-vous que Tours, Caesarodunum pour les intimes, comptait l’un des plus importants amphithéâtres de l’empire romain ? Caché derrière la cathédrale et les vieux murs d’enceinte, ses restes ne sont connus et visités que par de rares initiés. Pascale en fait partie.

Elle commence sa visite par la cathédrale et son histoire, et n’a malheureusement encore jamais eu le temps d’inclure à son circuit ce qu’elle appelle le « très vieux Tours » et ses vestiges gallo-romains.

Pour les visiteurs qui l’accompagnent, elle explore donc la rue Colbert et son passage du Cœur Navré, avant d’aller vers le Vieux Tours, arrêt obligé pour qui découvre la ville.

Pour les habitués des lieux, il faut dire que les vieilles pierres de la place Plum’ et des rues alentours sont devenues d’un banal affligeant. La façade d’ardoise fait partie du décor.

Pour Pascale, les colombages n’ont pas perdu leur attrait, et la ville recèle en réalité bien des secrets.

On apprend ainsi, discutant attablées autour d’un café, que le logis des gouverneurs, aile de l’ancien château, est érigé sur des vestiges gallo-romains. On se prend à imaginer l’escalier et sa tour hexagonale cachés quelque part derrière des portes de la rue du Cygne. On prévoit d’aller faire les cent pas rue Paul-Louis Courier, dans l’espoir de pouvoir accéder à l’hôtel Binet, à la faveur d’une porte mal fermée…

On a confirmation que les coussins de béton et la soi-disant légende des amoureux de la fontaine Beaune-Semblançay ne sont qu’invention d’artiste contemporain. La façade qui reste, fière et hautaine, à deux pas de la rue nationale, est quant à elle un véritable vestige du XVIe siècle, qui a survécu en partie aux bombardements de la dernière guerre.

On parle déjà depuis quelques temps, et Pascale nous explique que son parcours idéal prendrait en réalité une journée entière si elle pouvait expliquer et arpenter la ville comme elle l’entend et l’aime.

Mais j’oubliais : Pascale n’est pas guide. Elle est « greeteuse », qu’on devrait traduire en bon français par « souhaiteuse de bienvenue » ou « bienvenueuse » peut-être ? En d’autres termes : bénévole passionnée d’histoire, elle propose, avec les Tours greeters, des visites guidées de la ville, sur ses pas d’amatrice éclairée.

En dehors de ses heures de travail, Pascale dévore les livres d’archéologie, les biographies historiques, et met aussi les mains dans le cambouis. Ou plutôt dans la terre, puisqu’elle a participé aux travaux du laboratoire d’archéologie urbaine pour y dépatouiller des sépultures moyenâgeuses. Elle emmagasine ainsi les connaissances, apprend par goût et découvre avec plaisir les mystères de Tours pour aujourd’hui les transmettre à d’autres à travers ses visites, testées et approuvées par sa sœur et ses proches.

Elle qui passait parfois devant des cars de touristes en s’imaginant qu’elle pourrait les aiguiller à travers la cité et son passé, s’est donc lancée dans l’aventure l’été dernier. L’occasion de ré-explorer les rayonnages de sa bibliothèque et de les étoffer, pour pouvoir ensuite partager avec des inconnus sa passion pour une ville qui finalement est, pour nous tourangeaux, encore trop mal connue.

 

DSC_0565 (Copier)Derrière le cadre de Détourages: Pascale, qui fait partie de l’équipe des Tours Greeters, une vingtaine de personnes de tous âges et tous milieux sociaux prêts à vous faire découvrir bénévolement la ville. Renseignements à l’office de Tourisme de Tours ou sur leur site web http://www.tours-greeters.fr/

%d blogueurs aiment cette page :